Risques des boulangers, boulangers-pâtissiers, pâtissiers, chocolatiers, confiseurs et traiteurs

Écrit par Assurman. Publié dans Chacun sa profession

Mise en bouche :

(Là, c'est vraiment approprié....!)

Que serait donc la France sans son pain et ses croissants à la qualité inégalée que le monde entier nous envie ? Personnellement, je n'ai qu'un seul reproche à faire à Georges, le boulanger de mon village : Son pain est trop bon, et j'ai tendance à en manger beaucoup !

En plus, son fils Fabrice qui est pâtissier, nous confectionne des gâteaux « subliminaux ». Quant aux chocolats de Jean Jacques et de Jean Claude, je ne vous en dis pas plus.... !

Comment voulez-vous que je puisse garder la « ligne » dans ces conditions ?

A vous tous, les boulangers/pâtissiers de France et de Navarre j'ai quand même un gros reproche à faire :

Vous avez trop souvent le nez dans le pétrin et vous ne prenez pas
le temps de bien gérer vos risques et vos assurances.

Il ne s'agit pas de vous contenter de faire confiance à votre assureur local car après un sinistre grave, il pourrait se retrouver « of course ».

En effet, les gros sinistres sont de plus en plus gérés par les services centraux des sociétés d'assurance et votre copain « Lassureur », il n'aura plus la main sur votre dossier. Et si vous êtes assuré auprès d'une société mutuelle, la question ne se pose même pas.

Ce n'est qu'après un sinistre grave que vous en prendrez conscience, mais il sera évidemment trop tard .
et pour le coup, vous serez vraiment dans le pétrin.

« Lassureur », il ne va pas vous faire de cadeaux, même si vous lui faites de bons gâteaux... ! Tiens, ça rime... !

Mon ami Jean-Jacques, maître boulanger/pâtissier en Ile de France, ancien apprenti chez Lenôtre n'est pas prêt d'oublier cette leçon.
Sept ans après un sinistre total, son indemnisation n'est toujours pas bouclée.
Heureusement, avec l'aide d'Assurman, il arrivera à faire valoir ses droits...
Mais quelle galère... !
Et pourtant, son assureur était un « copain... !»

Alors j'aimerais bien que vous preniez un peu de temps pour vous occuper de vos assurances, ce serait-ce que pour m'éviter de vous entendre pleurnicher après un sinistre.

J'ai pris la peine de vous consacrer un chapitre « espécial », alors ne vous privez pas de le consulter régulièrement et d'appliquer les « bons » conseils que je vous prodigue.

Vos plus gros défaut en matière d'assurance :

  • Vous ne connaissez pas la valeur du contenu de vos locaux et je ne risque pas grand chose à dire que la majorité d'entre vous est sous-assurée. Après un sinistre majeur, les mauvaises surprises sont toujours au rendez-vous !
  • Vous n'accordez pas assez d'importance à la couverture de vos risques « personnels » : maladie, accident, invalidité. Or, vous exercez un métier fatiguant, usant, ce qui fait que les infarctus et autres maladies cardio-vasculaires sont nombreux dans vos rangs, sans compter les maladies spécifiques à votre profession.

Allez, au boulot, réunissez tous vos matériels, vos stocks de marchandises, pétrissez le tout, laissez reposer dans la chambre de pousse, vous pourrez désormais être bien assurés et surtout être bien indemnisés après un sinistre. Enfin, avant de « pétrir » votre « bourgeoise » le soir en vous couchant, pensez à faire le point avec elle sur les garanties personnelles que vous avez souscrites et surtout sur celles que vous n'avez pas souscrites... !

1 - Points importants à vérifier dans vos contrats d'assurance :

1.1 - Tableau aide mémoire des risques spécifiques à votre profession

Dans ce tableau, j'attire spécialement votre attention sur les risques spécifiques à votre profession, risques pour lesquels vous êtes souvent insuffisamment garantis, voire pas garantis du tout... !

Je n'invente rien, c'est simplement le fruit de mon expérience, des constatations que j'ai faites et que, malheureusement, je fais encore quotidiennement.

Ne les négligez pas, c'est souvent trop grave pour vous.

Je commente chaque poste dans les chapitres qui suivent le tableau.

Les montants de garantie suivants sont couramment utilisés sur le marché :

Check-list des risques spécifiques
Des boulangers, pâtissiers, chocolatiers, confiseurs, traiteurs
1 - Risques de dommages aux biens
Dommages aux biens Responsabilité civile Perte d'exploitation Perte de valeur vénale 
 Aménagements du locataire  Intoxications alimentaires  Surcroît saisonnier d'activité  Risques lourds pour les locataires :
● non recontruction après sinistre
● résiliation du bail
Valeur du contenu   Fermeture suite à intoxication alimentaire  
Garantie des fours Frais de retrait de produit Fermeture suite perte de marchandises en chambre froide  
Vol espèces en tiroir caisse   Impossibilité d'accès Risques spécifiques à certains propriétaires :
● expropriation
● interdiction de reconstruire l'immeuble
 Contenu des congélateurs et chambres froides  Participation à des salons, expositions, fêtes diverses  Interruption de la fourniture d'énergie  
Bris de machines      
Matériel et marchandises sur foires, salons, fêtes      
Véhicule magasin et son contenu      
Usage "tournées" en assurance automobile      
Matériel/marchandises sur salons, expositions, fêtes diverses      
2 - Risques de personnes
Incapacité temporaire suite accident/maladieInvalidité totale ou partielleInvalidité professionnelleGaranties diverses
 Indemnité journalière  ► par suite d'accident  ► par suite d'accident  Garantie décès
 Garantie "remplacement"  ► par suite de maladie  ► par suite de maladie  Complémentaire maladie
      Garantie dépendance
       Garantie chômage
       Retraite complémentaire

1.2 - Déclarations essentielles à faire à votre assureur

1.2.1 - Activité exercée 

Il est primordial de déclarer exactement l'activité que vous exercez réellement.

  • Un boulanger confectionne du pain.
  • Un boulanger-pâtissier confectionne à la fois du pain et des gâteaux.
  • Un boulanger-pâtissier- traiteur confectionne à la fois du pain, des gâteaux et des plats cuisinés.
  • Un boulanger-pâtissier- traiteur-chocolatier confectionne à la fois du pain, des gâteaux, des plats cuisinés et des chocolats.

Vous allez me dire que je coupe les cheveux en quatre, mais soyez assurés qu'en cas de sinistre grave, vous trouverez toujours un assureur malin qui pourra vous reprocher de ne pas avoir déclaré exactement votre activité, et conséquemment, de ne pas prendre en charge un sinistre.

Exemple : vous avez déclaré exercer l'activité de boulanger, mais vous faites aussi des pizzas. Si l'un de vos clients est intoxiqué par une pizza que vous lui avez vendue, votre assureur pourrait très bien vous opposer que vous n'êtes pas censé vendre des pizzas étant donné que vous avez déclaré être seulement « boulanger », et refuser la prise en charge du sinistre. Vous avez compris ou faut-il que « jesplik » mieux ?

attention2
Cette nécessaire exactitude dans la déclaration de l'activité est valable pour toutes les catégories de contrats d'assurance (dommages aux biens, responsabilités, risques des personnes etc...).

1.2.2 - Utilisation d'un véhicule professionnel

Là encore, il est essentiel de déclarer l'usage exact que vous faites du véhicule utilisé pour les besoins de votre profession.

S'il sert uniquement pour les approvisionnements de votre exploitation et éventuellement à la livraison de marchandises à des dépôts, l'usage qui doit être appliqué est soit :

  • affaires/commerce
  • artisan
    (ou toute autre appellation spécifique à votre assureur)

Par contre, s'il sert à la vente au domicile des clients par des tournées régulières de clientèle, l'usage déclaré doit être soit :

  • tournées régulières de clientèle
  • tous déplacements
    (ou toute autre appellation spécifique à votre assureur)

bombe
Ne jouez pas avec le feu, c'est trop grave !

2 - Risques de dommages particuliers à votre profession

2.1 - Risques de dommages aux biens (immeubles, matériels, marchandises) 

Il existe certaine particularités concernant vos professions.

Si je mets l'accent sur ces points, c'est que nombre d'entre vous sont mal assurés voire pas assurés pour ces risques.

2.1.1 - Si vous êtes locataire des locaux 

Attention à la valeur des agencements/aménagements de nature immobilière que vous avez-vous-même réalisés ou que vous avez achetés avec le fonds.
Il faut les assurer en tant que tels pour en être indemnisé en cas de sinistre.

Voir à ce sujet le chapitre que j'y consacre dans la rubrique « incendie » au chapitre 4.3.1. Pour y accéder directement, allez dans l'index et cliquez sur « aménagements du locataire ».

bombe
Vous êtes très nombreux à ne pas assurer les agencements/aménagements, pensant à tort qu'en cas de sinistre « Lassureur » devra forcément vous les rembourser parce que vous les avez vous-même payés. Eh bien non...
Car le Code Civil est passé par là... !

2.1.2 - Valeur du contenu garanti

bombe
Vous êtes très majoritairement insuffisamment couverts en raison de votre méconnaissance des valeurs accumulées dans vos locaux. Que ce soit pour le matériel ou pour les marchandises, je vous rappelle une énième fois que la valeur à assurer est celle qui figure au catalogue de votre fournisseur habituel au jour du sinistre, et non pas celle du matériel acheté chez un brocanteur... !

Et pour savoir quelle est la valeur de votre contenu, il faut absolument que vous en dressiez un inventaire exhaustif.

J'ai pris le temps d'imaginer et de créer pour vous un « outil » spécial intitulé « boulangers outil inventaire » que vous trouverez dans la « boutique » du site.

C'est un outil unique qui vous permettra de faire un inventaire complet de vos matériels et de vos marchandises qui sont nombreux et représentent un capital important.

Prenez la peine de l'utiliser afin d'être bien garantis et de ne pas avoir de mauvaises surprises après un sinistre.

2.1.3 - Garantie sur les fours

Certains « bons » contrats d'assurance garantissent les fours en valeur à neuf, ce qui est un avantage non négligeable. Pensez-y !

2.1.4 - Attention au risque de vol d'espèces

attention2
Vous êtes parmi les professions qui reçoivent
quotidiennement le plus de paiements en espèces.

Si vous êtes dans l'impossibilité de déposer quotidiennement vos espèces à la banque, ne les laissez pas dans un tiroir caisse, même fermant à clés, car c'est trop facile à forcer... !

Mettez-les sous votre oreiller ou sous celui de votre épouse puisqu'elle se lèvera plus tard que vous. Enfin, en principe... !

Si le « paquet » est trop gros, mettez-les sous votre lit... !

2.1.5 - Garantie bris de machines 

Il prudent de garantir certains matériels sensibles à la casse en contrat « bris de machine ». Il s'agit en particulier des matériels électriques et électroniques, des matériels de la chaîne du froid.

Les « bons » contrats multirisques distribués sur le marché de l'assurance comportent automatiquement cette garantie.

A vous de le vérifier !

2.1.6 - Garantie du contenu des congélateurs, surgélateurs et chambres froides 

Il est indispensable de garantir le contenu de ces appareils contre les risques suivants :

  • modification de la température consécutive :
    • à un dommage électrique ou un bris accidentel sur les appareils
    • à une défaillance accidentelle des dispositifs de contrôle et de sécurité
    • à une coupure inopinée de la fourniture d'électricité par E.D.F. ou autre fournisseur.
  • à une contamination des marchandises par les fluides réfrigérants, consécutive à une fuite ou à une rupture accidentelle des circuits.

2.1.7 - Garantie des marchandises et du matériel transportés 

Ce chapitre concerne plus particulièrement les professionnels qui utilisent des véhicules soit pour la livraison de dépôts, soit des véhicules-magasins pour la vente ambulante, soit des véhicules spécialement aménagés pour délivrer leurs prestations en dehors de leurs locaux d'exploitation (les traiteurs notamment).

Si vous êtes dans l'un de ces cas de figure, il est fort conseillé de garantir à la fois le matériel, les aménagements du véhicule et les marchandises transportées contre les risques suivants :

  • dommages par suite d'accident de route (collision, renversement)
  • dommages en cours de chargement ou de déchargement
  • incendie, explosion du véhicule
  • vol du véhicule

Les « bons » contrats d'assurance multirisques de dommages garantissent souvent ce risque. Par contre, il est toujours exclu de la garantie de base des contrats automobile, et nécessite à ce titre la souscription d'une extension de garantie.

attention2
Dans une assurance automobile « tous risques » c'est seulement le véhicule qui est assuré en « tous risques » et jamais son contenu. Le contenu doit faire l'objet d'une garantie spécifique.

2.1.8 - Participation à des foires, salons, expositions, fêtes etc.

Je vous rappelle que le matériel et les marchandises ne sont habituellement couverts que dans vos locaux désignés aux conditions particulières du contrat d'assurance.

Si vous êtes amené à exercer votre activité dans des foires, salons, expositions, fêtes diverses, vous devez en avertir votre assureur afin que votre matériel et vos marchandises soient également garantis dans ces conditions particulières d'exploitation.

2.1.9 - Véhicules automobiles

Garantie des véhicules spécialement aménagés (fourgon-magasin). Si vous utilisez un fourgon-magasin, il faut déclarer la nature et la valeur des aménagements spéciaux à votre assureur pour que les garanties « dommages au véhicule » (« tous risques », vol et incendie, catastrophes naturelles) soient acquises à ces aménagements.

Dans une assurance « tous risques, l'assureur garantit un véhicule standard et non pas un véhicule spécialement aménagé.Un camion-magasin doit faire l'objet d'une déclaration et d'une garantie spéciale.

D'autre part, si vous faites des tournées régulières de clientèle, vous devez le déclarer à votre assureur.

2.2 - Risques de responsabilité civile

2.2.1 - Locaux et matériel 

Pas de particularité en ce qui concerne la responsabilité qui vous incombe du fait des locaux et du matériel.

Il faut simplement bien déclarer la nature exacte de l'activité réellement exercée (voir paragraphe 1.2.1 ci-dessus).

2.2.2 - Garantie des intoxications alimentaires

En matière de responsabilité civile du fait des produits vendus, il est impératif que votre contrat d'assurance comporte une extension « intoxications alimentaires » conséquente.

2.2.3 - Frais de retrait de produit 

Si vous avez souscrit la garantie « responsabilité civile » après livraison, le contrat d'assurance peut prévoir la garantie des « frais de retrait de produits ».

Fonctionnement de cette garantie :

Si un produit a causé ou risque de causer des dommages corporels aux clients consommateurs, « Lassureur » pourra prendre en charge les dépenses de communication, d'information et de mise en garde des consommateurs qui ont acheté ces produits impropres à la consommation.

Au titre de cette garantie, seront également pris en charge les frais engagés pour repérer et rechercher les consommateurs (annonces dans les journaux, à la radio etc), ainsi que les frais de récupération, de transport, de stockage et de destruction desdits produits.

Le fonctionnement de cette garantie est souvent subordonné :

  • soit à l'existence d'une injonction administrative de retrait du produit
  • soit à l'accord préalable de « Lassureur » si vous avez-vous-même pris cette initiative en cas d'urgence absolue.

attention2
La valeur du produit lui-même n'est jamais couverte et ne peut pas faire l'objet d'une prise en charge par « Lassureur »

2.2.4 - Participation à des salons, foires et expositions 

Si vous participez à des salons, foires et /ou expositions, pensez à en avertir votre assureur afin que la garantie « responsabilité civile exploitation » vous soit acquise lors de ces manifestations.

2.3 - Perte d'exploitation

Cette garantie vous est indispensable. N'en faites pas l'économie... !

Si votre chiffre d'affaires est modeste, privilégiez la formule forfaitaire « indemnité journalière ». Elle est adaptée aux petites entreprises et son fonctionnement après sinistre est simplifié.

2.3.1 - Garantie du surcroît d'activité

Il s'agit d'une extension à la garantie « perte d'exploitation ».

Il est bien connu que certains métiers de bouche connaissent des pics d'activité au cours de certaines périodes de l'année civile (fêtes de fin d'année, Pâques, fêtes et manifestations locales).

C'est notamment le cas des boulangers/pâtissiers, des pâtissiers, des chocolatiers, des traiteurs. S'il survient un sinistre au cours d'une période de surcroît d'activité, le contrat d'assurance de perte d'exploitation peut prévoir que les montants assurés soient majorés d'un certain pourcentage par rapport au chiffre d'affaires mensuel moyen de l'exercice social.

Là encore, c'est une disposition indispensable pour votre profession.

2.3.2 - Perte d'exploitation subie par suite de la fermeture de l'établissement prononcée par les autorités en raison d'une intoxication alimentaire

Elle permet d'être garanti en perte d'exploitation si un tel évènement venait à se produire. Cette extension est prévue dans les « bons » contrats multirisques.

2.3.3 - Extension de la perte d'exploitation à certains évènements

Résultant notamment de dommages électriques et/ou de bris de machine, ou de perte de contenu des congélateurs, surgélateurs et chambres froides.

On peut citer également :

  • impossibilité d'accès à l'établissement  par suite d'évènements extérieurs à l'entreprise : travaux, accident etc.
  • interruption de la fourniture de gaz ou d'électricité : par suite d'un évènement quelconque assimilé à la force majeure (tempête, catastrophe naturelle etc.) dont le fournisseur n'a pas à répondre.

De telles extensions peuvent s'avérer nécessaires en cas de survenance de l'un de ces évènements et d'un arrêt prolongé.

piege
Vous avez signé des contrats spéciaux avec E.D.F. ou G.D.F. et vous pensez que si ces fournisseurs ne sont pas en mesure de vous fournir l'énergie indispensable à votre activité, ils seront responsables de la perte que vous allez subir.


Eh bien non !


Ils ne seront responsables que si l'interruption leur est imputable.

Mais si cette interruption est due à un cas de force majeure (tempête, inondation etc...), ils seront exonérés de toute responsabilité et seul, votre propre contrat d'assurance pourra vous indemniser si vous avez eu la sagesse de souscrire cette extension à la garantie « perte d'exploitation ».

2.4 - Perte de la valeur vénale du fonds de commerce

Là encore, c'est une garantie insuffisamment souscrite par votre profession.

Elle est pourtant indispensable si vous êtes locataire.

En effet, n'oubliez pas qu'en cas de sinistre grave, le propriétaire n'a pas l'obligation de reconstruire l'immeuble et que le bail peut être résilié de plein droit.Si vous n'êtes pas garanti contre ce risque, vous aurez perdu la valeur vénale du fonds.... !

C'est également indispensable si vous êtes propriétaire au cas où vous n'obtiendriez pas l'autorisation administrative de vous réinstaller dans les locaux sinistrés (locaux frappés d'alignement, où susceptibles d'être implantés dans une zone devant être réaménagée, d'où d'expropriation pour cause d'utilité publique etc.)

3 - Risques attachés à votre personne

Les 35 heures, pour vous, c'est souvent 35 heures de repos par mois et le reste au boulot... ! Vous travaillez beaucoup, je le sais, et votre « machine » personnelle est soumise à rude épreuve. Les cas de maladies cardiaques sont fréquents dans vos professions.

Et il y a aussi les maladies spécifiques à vos professions.

On n'a qu'une vie, pensez-y... !

Du fait de votre activité intense, les risques liés à votre personne sont élevés. Mais là encore, vos professions se singularisent par le manque de couverture d'assurance de prévoyance.

N'oubliez pas aussi que votre épouse, ou votre compagne, sont souvent une « pièce maîtresse » dans le fonctionnement de votre exploitation. Il est donc prudent de souscrire une couverture sur leur tête.

Je crois utile de vous rappeler que je ne vends pas d'assurance et que, conséquemment, je n'ai aucun intérêt à vous suggérer de souscrire telle ou telle garantie.

Je vous donne donc des conseils avisés pour que vous soyez bien garantis en la matière et vous éviter d'avoir à dire plus tard « Ah ! Si j'avais su... ! »

A vous d'en faire l'usage qu'il vous plaira.... !

3.1 - Garantie de remplacement 

(C'est une garantie qui se trouve souvent dans le contrat « multirisque dommages aux biens)

Si vous venez à être dans l'impossibilité, médicalement constatée, d'exercer temporairement votre activité à la suite d'un accident corporel, le contrat peut prévoir la prise en charge :

  • des frais supplémentaires nécessités par l'emploi d'une personne ayant les mêmes qualifications que vous afin de vous remplacer pendant votre indisponibilité.
  • des éventuels frais de sous-traitance
  • des heures supplémentaires devant être effectuées par le personnel habituel

Cette garantie peut être prévue non seulement pour le chef d'entreprise, mais aussi pour toute personne désignée aux conditions particulières du contrat et notamment :

  • épouse, compagne collaboratrice,
  • collaborateur indispensable au fonctionnement de l'entreprise

3.2 - Incapacité temporaire de travail du chef d'établissement

Si par suite d'accident ou de maladie, vous venez à être dans l'impossibilité d'exercer effectivement et temporairement votre activité, une telle couverture vous permettra de percevoir l'indemnité journalière prévue au contrat souscrit.

astuce-assurman
Privilégiez la souscription d'un contrat comportant une franchise substantielle exprimée en nombre de jours.

Exemple :

  • franchise en cas d'accident : 15 jours
  • franchise en cas de maladie : 60 ou 90 jours

En effet, plus la franchise est élevée, plus vous pourrez augmenter la valeur de l'indemnité journalière pour une même cotisation.


En effet, vous n'êtes pas de ceux qui s'arrêtent pour un simple rhume ou un petit mal de dos.

Là encore, il faut garantir le « gros » risque, celui qui, financièrement parlant, perturbera de façon significative la trésorerie de votre entreprise.

3.3 - Invalidité permanente totale ou partielle 

Si, par suite d'accident ou de maladie, vous êtes dans l'impossibilité partielle ou totale de travailler, cette couverture vous permettra de percevoir le capital ou la rente stipulés au contrat.

piege
Ne vous laissez pas prendre au piégé des garanties trompeuses.

Si votre contrat prévoit une indemnité en cas d'invalidité absolue et définitive (I.A.D.) ou de perte totale et irréversible d'autonomie (P.T.I.A.), cela signifie que pour bénéficier de la garantie, il faudra que votre état de santé nécessite l'assistance d'une tierce personne pour accomplir tous les actes de la vie courante, c'est-à-dire qu'il vous faudra être dans un fauteuil à roulettes ou pis, être grabataire.

De telles garanties ne sont pas adaptées à votre profession.

3.4 - Invalidité professionnelle

Si, par suite de maladie ou d'accident, vous êtes dans l'impossibilité d'exercer votre profession (celle désignée aux conditions particulières du contrat), cette garantie vous permettra de percevoir soit la rente, soit le capital prévu au contrat, soit parfois les deux.

Cette garantie est intimement liée aux conditions d'exercice de votre profession et non pas à un taux particulier d'invalidité comme dans les contrats classiques. Si par exemple, vous effectuez des ventes à domicile avec un camion-magasin et que vous ne pouvez plus conduire par suite de maladie ou d'accident, vous pourrez être considéré comme invalide professionnel si vous avez pris la précaution de faire mentionner cette spécificité dans le contrat souscrit.

Vous pouvez être considéré comme invalide professionnel en regard d'un contrat d'assurance et pouvoir néanmoins exercer un autre métier.

Par exemple, les boulangers et pâtissiers sont exposés à des maladies propres à leur profession, je citerai notamment :

  • la silicose du boulanger (allergie asthmatique due aux produits utilisés)
  • l'eczéma du boulanger
  • la bronchite aigüe
  • les pathologies des contraintes horaires : troubles du sommeil, fatigue persistante, troubles digestifs
  • la péri onyxis (inflammation de la périphérie de l'ongle par un champignon)
  • etc...

Certaines de ces maladies touchent également les chocolatiers-confiseurs.

attention2
Les garanties des assurances de personnes ne se ressemblent qu'en apparence.
Avant de souscrire une garantie, vérifiez bien qu'elle corresponde aux besoins réels de couverture de votre risque particulier.

3.5 - Garantie décès

Malheureusement, cela n'arrive pas qu'aux autres.

Indépendamment des problèmes affectifs, pensez aux conséquences pécuniaires de votre décès pour vos proches : épouse ou compagne, enfants.

Mettez-les à l'abri du besoin en prévoyant une garantie décès substantielle. La prestation peut être exprimée soit en rente, soit en capital.

Et n'oubliez pas que la garantie décès la plus « économique » est celle qui est souscrite à « fonds perdu » comme le disent à tort nombre d'assurés. Techniquement parlant, cette garantie se nomme « temporaire décès ».

Certains organismes d'assurance proposent des garanties dites « de groupe » qui sont particulièrement intéressantes.

lire-attentivement
Les garanties suivantes sont souvent souscrites dansun seul et même contrat :

  • décès, invalidité permanente
  • invalidité professionnelle
  • incapacité temporaire de travail

Et il est utile d'y rajouter la garantie d'exonération dupaiement des cotisations en cas de sinistre garanti.

3.6 - Garantie sociale du chef d'entreprise (G.S.C.) 

C'est l'assurance « chômage » des chefs d'entreprise.Elle n'est pas couramment souscrite par les professionnels que vous êtes, mais elle peut s'avérer utile dans certains cas particuliers de fermeture de votre exploitation induits par des évènements extérieurs.

3.7 - Assurance maladie complémentaire

La santé est un « capital » qu'il convient de préserver. Les frais de soins peuvent s'avérer coûteux et les régimes obligatoires d'assurance maladie se désengagent de plus en plus.

Une assurance complémentaire maladie (une « mutuelle ») est indispensable pour vous permettre de vous soigner efficacement et préserver le « capital » santé de votre famille et de vous-même.

Ne l'oubliez pas... !

3.8 - Retraite complémentaire facultative 

Quand l'âge de la retraite a sonné, nombreux sont ceux d'entre vous qui découvrent un peu tardivement que les pensions des régimes obligatoires sont un peu « maigres ».

C'est dès le début de votre activité qu'il faut penser à la retraite. Les sociétés d'assurance vous proposent différents régimes d'assurance de retraite complémentaire facultatifs.

Prenez le temps de les étudier et de choisir celui qui correspond le mieux à vos besoins.

3.9 - Garantie « dépendance » 

La dépendance ce caractérise par l'impossibilité d'accomplir seul les actes de la vie courante. On n'aime pas y penser et pourtant... !

La garantie « dépendance » n'est pas encore très développée, mais avec l'allongement de l'espérance de vie, la population du « quatrième âge » ne va pas manquer de s'étendre.

Il faut penser à ce que l'on pourrait devenir plus tard... !

lire-attentivement
Si vous exercez en nom personnel, toutes les garanties citées : ci-dessus peuvent être fiscalement déductibles au titre garanties « prévoyance » ou « retraite » du régime dit « Lo Madelin ».

Consultez votre expert-comptable ou votre Centre de Gestion Agréé pour en connaître les conditions de déduction.

 

lire-attentivementFaites vérifier régulièrement vos installations électriques qui sont très sollicitées et soumises à de nombreuses contraintes (chaleur, humidité, poussières de farine etc...).


Et surtout ne négligez pas de procéder aux modifications et améliorations préconisées par le vérificateur, sinon ne sert à rien de faire vérifier... !

Les sinistres d'origine électrique sont nombreux dans les boulangeries.

Les assureurs sont de plus en plus nombreux à exiger le contrôle annuel des installations électriques.

Enfin, vous êtes nombreux à ignorer que la poussière est une matière explosive alors que dans vos locaux, la poussière de farine est omniprésente.

 

Assurman-imprime malin

Imprimes étudiés spécialement pour vos professions, à votre disposition dans « la boutique » d'Assurman-Pro :

OUT-BOUL-N1 — Inventaire des risques des boulangers, pâtissiers, chocolatiers, traiteurs : 17 pages sur Excel.

II s'agit d'un outil d'inventaire très détaillé de tous les risques des bâtiments, matériels et marchandises qui sont susceptibles d'être exposés dans vos exploitations. C'est aussi un outil d'aide à la souscription d'un contrat d'assurance. II est préprogrammé pour vous faciliter la tâche.
Indispensable pour être bien assuré !

OUT-BOUL-S1 — État de perte détaillé après sinistre 16 pages sur Excel.

Vos assureurs vont en pâlir tellement il est complet ! Il est conçu à partir du même canevas que l'outil « inventaire » et il vous suffit d'entrer les chiffres sur chaque poste de réclamation des dommages subis pour connaître ce que « Lassureur » doit vous régler. Tout est calculé automatiquement. Que du gâteau pour vous... !
Indispensable pour sauvegarder vos intérêts après sinistre.

A propos du prix des outils ci-dessus :

Chacun des deux outils qui vous sont proposés ci-dessus sont vendus au prix unitaire de 50 € H.T.

Sachez que si vous deviez faire appel à un professionnel pour faire ce travail, il vous en coûterait au minimum :

  • 2.000 € pour réaliser l'inventaire de vos biens,
  • 5 % du montant des dommages pour dresser l'état de perte.

Et en plus, il vous faudrait quand même faire vous même l'inventaire de vos existants ou de vos pertes car vous êtes les seuls à pouvoir le faire.

Je pense avoir traité tout ce qu'il fallait vous dire, ou presque... !

Encore une chose :

piege
Méfiez-vous d'un certain expert d'assuré, soit disant « spécialiste des risques des boulangers/pâtissiers et autres métiers de bouche. Il est à Paris, rue Boissières... Il aurait des accointances avec certains syndicats de boulangers.

Mon avis sur cet « expert », c'est qu'il connait l'assurance comme moi je connais la physique nucléaire, et c'est peu dire... ! Certains de vos confrères regretteront longtemps de l'avoir choisi... !

 

assurman portrait

Un dernier mot : si vous êtes victime d'un sinistre grave, n'attendez pas six mois pour me demander conseil car je connais bien vos professions et ses risques particuliers... !

Si vous vous posez des questions, des interrogations, n'hésitez pas à m'écrire immédiatement, je suis là pour vous répondre et je le fais quotidiennement.

Si vous avez des suggestions à me faire, je suis tout " ouï ".

J'accepte même les compliments... !

                                                                   Assurément vôtre,

                                                                    Bernard Datin