Assurance vol - partie 2

Écrit par Assurman. Publié dans Assurances de dommages

assurance vol assurman pro

  1. 7 - Les différentes formules d'assurance vol
  2. 8 – Définitions particulières
  3. 9 – Les conditions d'acquisition de la garantie vol
  4. 10 – Le sinistre en assurance vol
  5. 11 – Quelques conseils d'Assurman
  6. 12 - Les dix commandements d'Assurman

7 Les différentes formules d'assurance vol

7.1 - L'assurance en valeur totale déclarée :

Le capital garanti devra correspondre à la valeur totale des existences (contenu).
En cas de sinistre, la règle proportionnelle de capitaux sera applicable dans le cas où cette valeur serait sous-estimée (sauf dérogation contractuelle à cette règle auquel cas la règle proportionnelle de cotisation pourrait s'appliquer).

Exemple :

valeur du contenu : 1 million d'€
Garantie souscrite : 1 million d'€.

Cette formule est surtout souscrite par les entreprises et commerces dont la nature de la marchandise la rend particulièrement sensible au vol :

  • bijoutiers/joailliers
  • antiquaires
  • vêtements et chaussures de sport ou luxe
  • commerce d'œuvre d'art
  • commerce de produits technologiques (téléphones portables, matériel hi/fi et de télévision, matériaux rares et coûteux....)
  • etc.

7.2 - L'assurance en valeur partielle :

L'assuré doit déclarer la valeur totale des existences, mais il n'en assure qu'un pourcentage convenu contractuellement.

Ceci dit, dans une telle formule, la valeur totale du contenu doit être exactement déclarée à la souscription du contrat et actualisée en cours de contrat car elle est un élément essentiel servant à la tarification du risque.

7.3 - L'assurance au premier risque conditionnel

Il s'agit d'une formule forfaitaire ; la règle proportionnelle de capitaux n'est pas applicable Il n'y a pas de déclaration des existences et l'assureur s'engage dans les limites d'un montant maximum convenu. Par contre, la règle proportionnelle de cotisation sera appliquée si la déclaration de surface ou du nombre de pièces des locaux exploités est inexacte. Cette formule est notamment utilisée dans une grande majorité de contrats multirisque.

7.4 - L'assurance au premier risque absolu

Ce type de garantie concerne les espèces monnayées, billets de banque, pièces et lingots de métaux précieux, titres, valeurs, détériorations immobilières. La garantie porte sur une somme déterminée aux conditions particulières du contrat qui représente le maximum de l'engagement de l'assureur sur ce poste.

Là encore, l'assuré victime d'un vol devra prouver l'existence des biens volés au moment du vol.

7.5 - L'assurance sur risque flottant

Accordée presque uniquement en valeur totale, elle pourra concerner les marchandises qui ne seront pas toujours entreposées dans un même local, mais qui pourront être situées dans des lieux différents.

7.6 - L'assurance en valeur agréée

Elle concerne surtout les objets de valeur, objets d'art, collections, tableaux etc., mais elle peut s'appliquer à tout objet ou matériel ayant une valeur importante. Elle suppose une expertise préalable, aux frais de l'assuré, qui sera réalisée par un expert désigné par l'assuré et agréé par l'assureur. Elle sera révisable périodiquement, suivant l'importance des biens assurés et leur nature.

Cette valeur agréée permet de certifier l'exactitude des capitaux portant sur des biens de grande valeur et dispense l'assuré d'avoir à justifier cette valeur lors d'un sinistre. La règle proportionnelle de capitaux n'est pas applicable.

attention2
L'assurance en valeur agréée ne constitue nullement une preuve de l'existence des objets au moment d'un vol. Elle ne prouve que leur valeur.... Aprés un vol, l'assuré devra prouver cette existence à l'assureur.

7.7 - L'assurance vol en devanture

Cette extension vise à garantir les biens exposés en devanture et qui pourraient être volés sans qu'il y ait effraction des locaux. Elle est limitée à une valeur déterminée aux conditions particulières du contrat.

7.8 - L'assurance vol d'espèces ou de valeurs en tiroir caisse ou en meuble fermé à clé

En dehors des cas de vol avec violence perpétrés pendant les heures d'ouverture des locaux, cette garantie s'exerce dans les mêmes conditions que les vols de marchandises ou de matériel, c'est-à-dire avec la preuve d'une effraction, escalade etc.

Elle couvre également le vol lors du déplacement des espèces à l'intérieur des limites des locaux assurés.

Elle peut aussi se concrétiser par l'enlèvement du tiroir caisse.

Elle est limitée à une valeur déterminée aux conditions particulières du contrat.

L'assuré victime devra prouver par ses écritures comptables l'existence de ces espèces au moment du vol.

7.9 - L'assurance vol d'espèces ou de valeurs en coffre fort

Il peut s'agir du forcement ou de l'enlèvement du coffre fort.
Cette garantie s'exerce dans les mêmes conditions que les vols de marchandises ou de matériel, c'est-à-dire avec la preuve d'une effraction, escalade etc.
Elle est également limitée à un plafond fixé aux conditions particulières du contrat.

7.10 - L'assurance vol des fonds et valeurs transportés hors des locaux

Cette garantie s'exerce à l'occasion du transport de fonds et valeurs à l'extérieur de l'entreprise, que ce soit pour encaissement ou transport chez des clients, retrait ou dépôt en banque, que ces transports soient effectués par l'assuré ou ses préposés. La garantie est assortie de conditions horaires fixées pour les transports, généralement entre 08h00 et 21h00... Elle est également limitée à un plafond fixé aux conditions particulières du contrat.

Le vol peut être perpétré avec violences ou menaces de violences corporelles sur le porteur.

Il peut aussi être perpétré lors d'un cas de force majeure : malaise du porteur, accident de la circulation, incendie ou explosion du véhicule utilisé pour le transport. La garantie peut être étendue aux vêtements et objets du porteur ainsi qu'au matériel ayant servi au transport (véhicule exclu puisqu'il peut être garanti en vol par un contrat d'assurance automobile).

7.11 - L'assurance vol des fonds et valeurs conservés au domicile du porteur

Qu'il soit petit ou grand, un commerçant n'a pas toujours la possibilité de déposer des fonds en banque après la fermeture de son établissement. L'assuré ou l'un de ses préposés peut donc être amené à garder à son domicile les fonds et valeurs qu'il s'apprête à déposer en banque lors de la prochaine ouverture de celle-ci.

Les fonds qu'il garde à son domicile peuvent donc être garantis :

  • en cas de vol ou tentative de vol avec violence ou menaces de violences corporelles.
  • en cas d'effraction du local et des meubles ou coffres forts dans lesquels les fonds et valeurs étaient déposés.

Là encore, la garantie est limitée à un plafond fixé aux conditions particulières du contrat.

8 Définitions particulières

Objets précieux

Constituent des objets précieux, indépendamment de leur forme, de leur rareté, de leur âge ou de leur auteur, ceux qui sont entièrement constitués par des matériaux précieux (argent, or, platine, pierres précieuses etc.) ou dans lesquels dominent ces matériaux précieux.

Objets rares

La rareté d'un objet peut être due à son ancienneté, dès lors que les autres objets de même nature ont, pour la majeure partie disparu avec le temps, à sa constitution lorsqu'à la différence des nombreux autres exemplaires existants, il a été fabriqué avec des matériaux rares, marbres rares etc., à son auteur si celui-ci est reconnu comme un artiste dont la production a été limitée.

Objets anciens

Un bien aura droit à l'appellation d'objet ancien suivant les conditions générales d'assurance dès lors qu'il aura au moins cent ans d'âge. (Ce n'est pas forcément l'armoire de la grand mère...)

Collection

Une collection est définie comme une réunion d'objets ayant un intérêt esthétique, scientifique ou une valeur provenant de leur rareté. Les collections peuvent être constituées d'objets n'ayant qu'une valeur intrinsèque relative (boîtes d'allumettes, boîtes à fromage etc.)

9 Les conditions d'acquisition de la garantie vol

Il ne s'agit pas simplement d'avoir souscrit un contrat d'assurance garantissant le vol pour être indemnisé... Encore faut-il que les conditions de garantie définies au contrat d'assurance soient respectées par l'assuré.

Et c'est là que le bât blesse le plus souvent...

En effet, comme je l'ai déjà écrit en début de chapitre, l'assurance vol est une garantie complexe et compte tenu du développement qu'elle a connu au cours des dernières décennies, les assureurs ne sont pas prompts à garantir tout et n'importe quoi. Aussi, ils conditionnent la couverture de ce risque à un certain nombre de mesures de prévention et de sécurité qu'il est indispensable de respecter sous peine d'encourir une déchéance de garantie après un sinistre.

bombe2
Ne confondez surtout pas « condition de garantie » avec « exclusion », ce n'est pas la même chose. Une exclusion doit être à la fois stipulée au contrat et son application prouvée par l'assureur en cas de sinistre. Une condition de garantie est exigée par l'assureur à la souscription du contrat pour accorder sa garantie. Si elle n'est pas respectée, la garantie est réputée ne pas exister.

9.1 – Conditions de garantie visant à la protection des locaux

9.1.1 – Nature des protections

Suivant la nature de l'activité, de celle des matériels et/ou marchandises présentes dans les locaux, le lieu d'implantation de l'entreprise, les assureurs peuvent exiger des conditions de protection minimales des locaux assurés.

Il peut s'agir notamment :

  • de la protection mécanique des ouvertures :
    • fenêtres, vitrines, portes et autres ouvertures (par des grilles, barreaux, volets) - des moyens de verrouillage des ouvertures
    • une ou deux serrures de sécurité, de sûreté
    • serrures à trois ou 5 points etc...
  • de la nature des matériaux constituant ces ouvertures :
    • huisserie bois, métal etc.
  • des protections électroniques :
    • alarme
    • télésurveillance
  • de la surveillance physique par des gardiens demeurant dans les locaux pendant les heures de fermeture

De nombreux litiges apparaissent après un vol du fait que l'assuré n'a pas respecté les conditions de protection exigées par l'assureur et stipulées au contrat.

Vous devez absolument être conscient que le non respect d'une seule des mesures de protection exigées et listées au contrat entraîne de facto la non garantie de l'assureur puisqu'il a accordé sa couverture à la condition expresse que telle ou telle mesure soit mise en place.

Et il est inutile de venir « pleurnicher » après un sinistre si l'assureur dénonce sa garantie pour un tel motif car les tribunaux ne vous donneront jamais raison.

ne pas jouer avec le feu
Exemple « classique » de non garantie après un vol Lors de la souscription du contrat, l'assureur exige la pose d'une grille de protection à enroulement à l'intérieur d'une vitrine et il vous donne un délai de trois mois pour vous y conformer. Pendant ces trois mois, vous êtes garanti sans problème. Les trois mois passés, vous avez oublié d'installer cette grille, ou vous vous êtes dit que l'assureur n'y penserait plus...

Effectivement, dans la plupart des cas, il ne va pas vérifier. Survient un sinistre vol, et les voleurs se sont introduits par une petite fenêtre située à l'arrière du local. L'expert chargé d'instruire le dossier va commencer par vérifier la conformité du risque avec les clauses du contrat. Et bien entendu, il va s'apercevoir que la grille n'a pas été posée.

L'assureur dénoncera sa garantie au motif que vous n'avez pas respecté les conditions de garantie et vous ne serez pas indemnisé, même si l'absence de pose de la grille n'a pas facilité l'intrusion des voleurs puis qu'ils ont opéré autrement. Et inutile de demander de l'aide à Assurman, il ne pourra rien pour vous, les tribunaux non plus...

9.1.2 - Formalisation au contrat des protections exigées

L'assureur doit (et il le fait pratiquement toujours...) formaliser dans le contrat, les conditions de protection dans lesquelles il accorde sa garantie.

Il le fait soit :

  • dans les conditions particulières du contrat
  • dans les conditions générales
  • dans une annexes spécifique

Par exemple :

  • grille à enroulement à l'intérieur de la vitrine.
  • deux serrures de sûreté sur la porte d'entrée principale
  • grilles fixes à barreaux d'un écartement inférieur à 11 centimètres pour les fenêtres situées à l'arrière des locaux
  • pas d'inoccupation consécutive supérieure à XX heures
  • période d'inoccupation annuelle cumulée inférieure à 45 jours

ne pas jouer avec le feu
Il suffit qu'une seule mesure de protection ne soit pas respectée pour que l'assureur dénonce sa garantie après un sinistre.

Ne jouez pas au plus malin, nous ne sommes pas au loto... Vous êtes pratiquement certain de perdre, et peut être de perdre gros...

Rappelez vous : le contrat d'assurance est un contrat de bonne foi alors soyez de bonne foi et respectez vous aussi vos engagements, ce qui vous permettra d'être plus exigeant face à un assureur pas très « clean »... !

9.1.3 - Utilisation effective des mesures de protection

C'est bien d'installer les moyens de protection exigés par l'assureur, mais encore faut-il les utiliser après leur installation.

Si vous avez posé la « fameuse » grille à enroulement intérieure derrière la vitrine, encore faut-il que vous la baissiez après de la fermeture de vos locaux le soir lorsque vous partez, sinon elle ne sert qu'à « faire beau » et en matière de décoration, vous conviendrez qu'on peut faire mieux... ! S'il vous arrive d'avoir un souci pour baisser cette grille, et qu'aucun professionnel ne puisse venir vous dépanner, prenez contact d'urgence avec votre assureur par tout moyen écrit à votre disposition afin qu'il vous donne toutes instructions utiles. Demandez confirmation écrite immédiate de ses instructions et gardez précieusement tous les doubles des correspondances échangées.

Si votre assureur n'est pas joignable, il ne vous reste plus qu'à contacter une société de gardiennage pour sécuriser vos locaux, ou à aller chercher un oreiller chez vous pour passer une nuit blanche dans vos locaux.
Il faut savoir ce que l'on veut..... !

9.2 – Conditions de garanties relatives à l'inoccupation des locaux

Il s'agit d'une clause qui figure dans tous les contrats d'assurance vol et que 99 % d'entre vous n'ont pas lue ou n'en n'ont pas compris la portée réelle.

Période d'inoccupation :

La définition de ce qu'un assureur entend par « période d'inoccupation » est propre à chaque contrat. Il faut donc lire celle qui figure dans votre contrat et pas dans celui de votre voisin... !

Elle est généralement rédigée sous cette forme ou une forme similaire, exemple :

« Toute période de plus de 48 heures consécutives pendant laquelle les locaux, fermés le jour, ne sont plus ni habités, ni gardés la nuit. Une période d'occupation qui n'excède pas 48 heures n'interrompt pas une période d'inoccupation en cours. »

Cela signifie en clair :

Que si vous partez en vacances pendant deux semaines pleines, vos locaux seront bien entendu considérés comme inoccupés. Et même si vous venez ouvrir deux jours pendant ces deux semaines, la période d'inoccupation ne sera pas interrompue.

Cela c'est facile à comprendre.... !

Mais si vous fermez par exemple :

  • 8 jours à Pâques
  • que vous faites le « viaduc » du 1er au 8 Mai, soit 8 jours
  • 31 jours en Août
  • 8 jours à la Toussaint
  • 10 jours pour les fêtes de fin d'année

Vos locaux seront donc inoccupés : 8+8+31+8+10 = 65 jours dans l'année.

Et il existe, en page « 48 » (c'est une supposition), du contrat que vous n'avez jamais lu, une clause suivant laquelle la garantie vol est suspendue au-delà d'une période d'inoccupation cumulée supérieure à 45 jours par an.

Concrètement, cela signifie qu'à la fin de vos « grandes » vacances d'été, vous ne serez plus assuré en vol à partir du 30 Août. Et encore moins aux vacances de Toussaint et de fin d'année pendant que vous vous ferez tranquillement bronzer sous les tropiques... !

De même, il peut y avoir des clauses encore plus restrictives pour certaines couvertures spécifiques, et notamment les espèces et valeurs en tiroir caisse ou en coffre fort qui peuvent ne plus être garanties après une inoccupation supérieure à 4 jours consécutifs...

Normalement, la présence d'un gardien ne supprime ou n'interrompt pas l'inhabitation, dès lorsqu'il est logé hors des locaux et qu'il n'y réside pas la nuit en permanence, même si ce gardien effectue des rondes à l'intérieur.

attention2
Je vous vois venir avec vos gros sabots... ! Vous allez me dire « comment Lassureur va-t-il faire pour prouver que mon local est inoccupé plus de 45 jours par an ? »

C'est facile, c'est pas cher et ça rapporte gros... A « Lassureur »... !

Il va envoyer un inspecteur « futé » qui, l'air de rien, va interroger vos voisins lesquels, tout naturellement, et sans vouloir vous faire de tort, vont simplement dire la vérité... Lassureur peut aussi consulter vos relevés de consommation d'électricité, d'eau, de téléphone et s'apercevoir que pendant certaines périodes dans l'année, vous ne consommez pas, donc que vous êtes fermé...

Et dans les gros sinistres, ce sera un enquêteur de l'Alfa, l'agence de « détectives » des assureurs qui fera l'enquête et croyez moi, ces gens là ne sont pas des enfants de chœur... !

 

astuce-assurman2
Les assureurs ont beau jeu de vous « botter en touche » près un sinistre vol parce que vous ne respectez pas les conditions de garantie du contrat d'assurance vol. Je vous en prie, lisez vos contrats et essayez de les comprendre afin de prendre toutes dispositions utiles pour être parfaitement garanti.

10 Le sinistre en assurance vol

Il ne suffit pas de dire à l'assureur, « j'ai été cambriolé » pour que celui-ci vous indemnise les yeux fermés... !

Il faudra tout d'abord lui apporter des preuves tangibles de la matérialité de ce vol perpétré dans les circonstances garanties par le contrat d'assurance (voir chapitre 4 ci-dessus).

Il faudra ensuite lui apporter la preuve de l'existence des objets volés au moment du vol :

En cas de sinistre vol, une des principales difficultés est de prouver l'existence des objets au moment du vol. Or, dans l'absolu, il n'existe pas de preuve formelle que les objets étaient bien présents dans les locaux au moment du vol, sauf si le vol est perpétré en présence de personnes étrangères à l'assuré qui pourraient en témoigner.

Le contrat d'assurance étant un contrat de bonne foi, c'est dans le risque vol que cette spécificité trouve sa plus meilleure application.

L'assureur devra donc fonder son opinion sur des présomptions qui devront le convaincre que les objets existaient bien. Plus nombreuses seront les présomptions, plus facile il sera à l'assureur de forger sa conviction que l'assuré est de bonne foi.

Principales présomptions :

Les écrits :

S'agissant de risques professionnels, les écrits revêtent la plus grande importance pour forger une présomption de l'existence des biens volés.

La comptabilité de l'entreprise devra donc être représentative de l'existence de ces biens et notamment :

  • pour les marchandises :
    • factures d'achat
    • état récent des stocks
    • journal des achats et des ventes
  • pour le matériel :
    • factures d'achat et/ou de réparation, certificat de garantie
    • registre des immobilisations
  • pour les espèces et valeurs :
    • livre de caisse des jours précédant le vol

Le témoignage :

C'est un mode de présomption reconnu par la loi.

Il doit être écrit sous forme d'attestation officielle (voir les imprimés d'Assurman) et émaner d'une personne non privée de ces droits civils et, autant que faire se peut, être étrangère à l'assuré (clients, confrères etc.) L'appel à témoignage est une obligation sanctionnée par d'éventuelles astreintes car chacun est tenu d'accorder son concours à la justice en vue de la manifestation de la vérité.

Les photographies :

Il s'agit d'une présomption valable dans la mesure où l'ensemble des photographies produites présumera de la constance de l'existence des objets.
Elles seront d'autant plus crédibles qu'elles montreront les objets dans leur cadre habituel.

Les films vidéo :

On leur accorde la même valeur qu'aux photographies. Même si certains assureurs prétendent que ce genre de justificatifs ne sert à rien, il n'empêche que les « bons » experts savent se faire une opinion objective en visionnant un film vidéo montrant en détail les installations sinistrées, qu'elles soient industrielles, commerciales ou professionnelles.
Votre serviteur, Assurman 1er, en a déjà fait l'expérience en plusieurs occasions.

attention2
La production de photographies et/ou de films vidéo ne saurait à elle seule constituer une présomption forte de la bonne foi de l'assuré victime d'un vol. Il faut qu'elle soit accompagnée par la production de documents écrits probants donc indiscutables. 

11 Quelques conseils d'Assurman

Protection de vos locaux professionnels :

Vous devez être persuadé que les protections mécaniques sont celles qui offrent la plus grande sécurité. Un « candidat » voleur ne dispose que de quelques minutes pour pénétrer dans vos locaux. Plus vous lui compliquerez la tâche, plus il sera enclin à aller voir ailleurs chez un confrère qui n'aura pas suivi les «bons » conseils d'Assurman....

Ne jouez pas à l'autruche en vous donnant l'illusion d'être bien protégé :

  • il ne sert strictement à rien de poser une serrure à 5 points sur une porte en sapin de 20 millimètres d'épaisseur.
  • une serrure ordinaire n'offre aucune sécurité, il faut au minimum poser deux serrures de sûreté, voire de haute sécurité.
  • les volets en P.V.C. se découpent facilement avec un cutter...
  • les ouvertures situées en arrière boutique, ou donnant dans une cour sont celles qu'empruntent le plus souvent les voleurs, contrairement à ce que vous pensez.
  • un verrou muni d'un bouton intérieur monté sur une porte vitrée ou à proximité d'une ouverture vitrée ne sert à rien d'autre qu'à faciliter la pénétration des voleurs dansles locaux.
  • une installation d'alarme ne suffit pas à sécuriser vos locaux surtout si ceux-ci sont situés dans une zone d'activités non habitée la nuit ou le week end.
  • une installation d'alarme avec télésurveillance n'est vraiment efficace que si les personnes qui sont averties d'une intrusion peuvent intervenir en quelques minutes, ce qui est rarement le cas sauf si les locaux sont occupés par l'assuré ou un préposé à l'intérieur ou à proximité, ou que la société de télésurveillance est située à 100 mètres de vos locaux (là je vais me faire des ennemis....)

Conséquemment, il faut multiplier les obstacles pour compliquer la tâche des voleurs.

Lorsque vous installez de nouveaux locaux, ou que vous effectuez des travaux de réaménagement, prenez la peine de réfléchir au préalable aux moyens de protection les plus efficaces. Demandez conseil à des professionnels compétents (préventionnistes, serruriers etc..).

Demandez aussi à votre assureur, il est là pour vous conseiller car les organisations professionnelles des assureurs disposent en leur sein d'organismes d'étude des matériaux et des matériels et votre assureur peut vous communiquer les normes à respecter, les matériels et matériaux à utiliser pour sécuriser vos locaux.

En matière de protection des ouvertures vitrées (vitrines, fenêtres, baies vitrées) les verres feuilletés offrent une sécurité active très forte. En effet, le voleur ne sait pas que la glace est feuilletée.

Il va commencer par donner un coup de masse dans la glace, celle-ci sera peut être légèrement fendue, mais il faudra beaucoup de temps à l'intrus pour qu'elle cède... Les coups de masse sur une glace sont très sonores et valent bien une alarme... ! Et il y a de fortes chances pour que le voleur prenne la poudre d'escampette avant que la glace ne cède...

12 Les dix commandements d'Assurman

assurance 10 commandements

  1. 1. J'ai pleinement conscience que la souscription d'un contrat d'assurance vol ne m'exonère pas de prendre un minimum de précautions et de mesure de prévention contre le vol2 Je n'entreprends pas de travaux d'aménagement de mes locaux professionnels sans prendre la précaution de réfléchir aux meilleurs moyens de protection à mettre en place à l'occasion de ces travaux. Au besoin, je m'informe auprès de mon assureur ou, suivant la taille de mon entreprise, auprès d'un préventeur, afin de connaître les moyens de protection adaptés à mon entreprise et aux risques spécifiques qu'elle comporte
  2. 3. Je sais que lors de la fermeture des locaux la nuit et le week end, je dois utiliser tous les moyens de protection existants
  3. 4. Avant de quitter les locaux chaque soir, je vérifie ou je fais vérifier par un préposé que tous les moyens de protection des locaux sont activés
  4. 5. Je fais l'inventaire des matériels et marchandises susceptibles d'être volées et je souscris une garantie d'assurance vol suffisante. En cours de contrat, et au moins une fois par an, je vérifie que le montant de la couverture est toujours suffisant par rapport aux existants
  5. 6. Je lis minutieusement mon contrat d'assurance vol et si une disposition semble ne pas pouvoir s'appliquer à mon risque, j'en avertis « Lassureur » par écrit et je lui demande une adaptation du contrat à la réalité de mon risque
  6. 7. Je tiens un comptage régulier de toutes les périodes d'inoccupation des locaux supérieures au seuil stipulé au contrat d'assurance, et si le cumul dépasse la limite annuelle fixée, j'en avertis immédiatement « Lassureur » par écrit
  7. 8. Je veille à ce que la comptabilité de mon entreprise soit toujours en mesure d'apporter la preuve de l'existence des marchandises et/ou du matériel présents dans les locaux
  8. 9. Je prends la précaution de faire des photos et/ou des films vidéo de mes locaux et d'en garder une copie en dehors desdits locaux
  9. 10. Si je ne comprends pas quelque chose, si j'ai besoin d'un coup de main, j'envoie un courriel à mon copain Assurman